» Le Rucher de l'Alpe

À l'origine du Rucher de l’Alpe se trouve Guillaume, le seul responsable de cette entreprise apicole. En 2023, il entamait sa première saison en tant qu'apiculteur professionnel. Son exploitation est localisée à Sainte Marie du Mont, dans le département de l'Isère (38), en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il affectionne se présenter comme un apiculteur évoluant dans les environs de la Chartreuse, un massif préalpin entre l'Isère et la Savoie, avec des sommets s'élevant à plus de 2000 mètres d'altitude.

 

Après des années à diriger sa propre entreprise, Guillaume a décidé de renouer avec sa passion première : l'apiculture. Les abeilles ont toujours été une constante dans sa vie, héritage familial depuis son enfance. Il semblerait que le goût pour l'apiculture lui ait été transmis de génération en génération, depuis son arrière-grand-père jusqu'à son père.

 

Gérant une dizaine de ruches pendant un certain temps, Guillaume a finalement pris la décision de se consacrer pleinement à cette vocation. L'appel du métier d'apiculteur résonnait au plus profond de lui. Il a entrepris une formation en autodidacte, délibérément évitant la voie conventionnelle des diplômes professionnels. Sa réussite repose sur sa motivation, sa curiosité, ses mentors et son expérience personnelle dans le domaine apicole.

En tant qu'autodidacte, Guillaume est seul responsable de ses investissements, sans l'aide de subventions ou de prêts bancaires. Tout le mérite lui revient pour son succès.

 

Guillaume a une approche de l'apiculture remarquablement simple. Sa priorité est la santé des abeilles, privilégiant la qualité à la quantité dans sa production. Contrairement à beaucoup d'apiculteurs professionnels, il a délibérément choisi de restreindre le nombre de ses ruches.

Il accorde une attention soutenue au suivi de ses colonies, vérifiant régulièrement leur état de santé et leur évolution. Durant la saison, il s'abstient de nourrir ses abeilles avec du sucre, préférant les déplacer vers des zones florales pour qu'elles puissent reconstituer leurs réserves de miel. Cette approche, peu commune chez les apiculteurs, met l'accent sur le bien-être des colonies plutôt que sur une production intensive de miel.

Ses ruches, situées en altitude, bénéficient d'une flore sauvage abondante et préservée, permettant la production de divers miels au fil des saisons. Réalisant l'un de ses rêves d'enfance, Guillaume organise la transhumance de certaines ruches vers les champs de lavande, dans le Diois, à trois heures de chez lui. Pendant 3 à 4 semaines, ses colonies butinent la lavande fine et le lavandin, cultivés en agriculture biologique.

L'essence même des saisons se retrouve dans les miels de Guillaume, offrant une expérience gustative qui évoque les paysages montagneux. Une dégustation qui promet une escapade sensorielle inédite.